Les catastrophes chimiques : domaine du NRBCe

Accueil / blog / Les catastrophes chimiques : domaine du NRBCe
Les catastrophes chimiques : domaine du NRBCe

Les noms de « Feyzin », « Seveso », « Bhopal », Usine AZF…sont inscrits dans la mémoire collective. Rappelons nous ces catastrophes industrielles d’origine chimique et les conséquences sur les moyens de prévention et de protections qu’elles ont entraînés.

L’explosion d’un entrepôt contenant 2 400 tonnes de produits toxiques à Tianjin en République populaire de Chine le 12 août 2015 nous rappelle que les risques chimiques industriels sont toujours très importants. Rappel des différentes grandes catastrophes d’origine chimique.

Nous ne parlerons pas des catastrophes minières, véritables catastrophes industrielles dont l’origine est un « coup de grisou » (ce mélange de méthane naturellement présent dans les mines et d’air est très explosif). La catastrophe de « Courrières », dans le nord de la France le 10 mars 1906 a provoqué la mort de 1099 personnes.

L’explosion de la poudrière de Grenelle à Paris le 31 août 1794 a fait plus d’un millier de victimes et a provoqué une prise de conscience des risques que pouvaient créer les activités de nature industrielle.

Feyzin (France) : 4 janvier 1966
C’est une fuite de propane provoquée par un bouchon de glace entre 2 vannes qui est à l’origine de l’explosion. Une nappe de 1 mètre de haut s’est formée au ras du sol et c’est une voiture qui l’enflamme. L’incendie remonte jusqu’à la sphère à l’origine de la fuite. Deux sphères vont alors exploser. Trois autres sphères s’ouvrent mais n’explosent pas. Le plan ORSEC est déclenché mais il faut 24 heures pour stopper l’incendie. L’accident a fait 18 morts, 84 blessés et a détruit 1 475 habitations.

Seveso (Italie) : 10 juillet 1976
Un réacteur chimique de l’usine Icmesa, produisant du chlorophénol, laisse échapper des vapeurs de dioxine (2,3,7,8 -tétrachlorodibenzo-para-dioxine). Ce produit est cancérigène et tératogène (pour rappel c’est lui que se trouvait comme impureté dans l’agent orange, défoliant utilisé par l’armée américaine lors de la guerre du Vietnam. Même si, apparemment, l’accident ne fit que des blessés légers (brûlure chimique dues à la soude (447 cas) et chloracné (179 cas), les conséquences de l’épandage de ce produit extrêmement stable dans la nature ont été incalculables. Quinze mille personnes évacuées, restriction d’occupation de 1 800 hectares de sol pendant 10 ans, constructions démolies sur les 110 hectares les plus touchées. On considère que la dioxine ne disparaitra totalement qu’en 2040 ! Les conséquences financières ont été très lourdes pour le dédommagement des personnes atteintes, l’immobilisation des surfaces agricoles contaminées, la décontamination du sol proprement dite.
L’Europe communautaire signe alors en 1982 une directive sur les risques d’accidents industriels majeurs dite « directive Seveso ».

Bhopal (Inde) : 3 décembre 1984
L’accident s’est produit dans les usines d’une firme américaine « Union Carbide ». Le méthylisocyanate (MIC), un intermédiaire dans la fabrication d’insecticides,est un gaz très volatile. A la suite d’une série de dysfonctionnements, 40 tonnes sont libérées dans la nature. Le gaz réagit avec la peau, les muqueuses, les yeux et le système respiratoire. On a dénombré 3 828 morts et 362 540 victimes à des degrés divers. On considère que près 20 000 personnes sont mortes des conséquences de leurs blessures, dans les 20 années qui suivirent. Environ 800 000 personnes ont été atteintes d’une manière ou d’une autre en comptant les malformations natales et les cancers qui continuent leurs ravages. C’est la catastrophe industrielle la plus importante de tous les temps.

Toulouse (France) : 21 septembre 2001
L’usine AZF de Toulouse est détruite par l’explosion d’un stock de nitrate d’ammonium. On dénombre 31 morts, 2 500 blessés et de très lourds débats matériels. Cette filiale d’Atofina produisait des ammonitrates agricoles, des nitrates d’ammonium industriels (ces 2 produits sont très explosifs), de la mélanine et des produits chlorés. C’est un stock de 200 à 400 tonnes de nitrate d’ammonium qui a explosé provoquant un séisme de magnitude 3,4 ! Dix huit mois après l’explosion, ce sont encore 14 000 personnes qui étaient toujours sous traitement médical pour dormir et calmer leurs angoisses.
L’émotion a été telle qu’une loi dite « loi Bachelot » a constitué la Garantie des catastrophes technologiques donnant droit à une indemnisation collective.

Terrorisme et malveillance : la menace
L’accident de Tianjin survenu le 12 août 2015 sur un site abritant 700 tonnes de cyanure de sodium en causant la mort de 114 personnes pose la question de la menace des actes de malveillance. La tentative d’explosion de l’usine d’Air Product le 26 juins 2015 et les explosions dans l’usine pétrochimique de LyondellBasell à Berre l’Etang en sont les exemples les plus marquants. La réglementation européenne Seveso concerne 1 170 usines en France dont un tiers d’usines chimiques. Des audits ont été menés cet été dans ces industries sensibles mais les conseils délivrés ne sont pas faciles à mettre en oeuvre : caméras infrarouges, sécurité physique des sites…D’autre part, alors que la réglementation Seveso 3 exigeait des industriels qu’ils publient un descriptif détaillé de leurs activités, elle va être revue afin de ne pas donner de trop mauvaises idées aux personnes mal intentionnées…
Le problème n’est pas simple…

http://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/environnement-securite-th5/management-de-la-securite-42154210/lecons-des-accidents-majeurs-dans-l-industrie-chimique-se1050/accident-de-griesheim-se1050niv10003.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Explosion_de_l%27usine_AZF_de_Toulouse
https://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Bhopal
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_catastrophes_industrielles
https://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_la_raffinerie_de_Feyzin
http://www.theatlantic.com/photo/2014/12/bhopal-the-worlds-worst-industrial-disaster-30-years-later/100864/
http://www.usinenouvelle.com/article/accident-terrorisme-malveillance-l-industrie-chimique-face-aux-menaces.N345202

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *