Le coronavirus une arme biologique ? ou comment créer une infox (fake news)

Accueil / blog / Le coronavirus une arme biologique ? ou comment créer une infox (fake news)
Le coronavirus une arme biologique ? ou comment créer une infox (fake news)

Nous avons souvent parlé dans ce blog des agents biologiques et de leurs éventuelles applications comme armes biologiques. C’est le cas de la maladie de Lyme, de la maladie du charbon, de la variole, de la peste, des prions, de la grippe ou même d’Ebola.

Alors que l’épidémie de Covid-19 est en passe de devenir une pandémie, que les autorités de tous les pays sont mobilisées pour enrayer la progression du virus, des infox ont déjà circulé, mettant en cause la Chine préparant une éventuelle arme biologique. C’est pour nous l’occasion de décortiquer la genèse de ces fausses nouvelles qui ont pu rajouter de l’inquiétude à l’inquiétude déjà existante devant un phénomène difficilement maitrisé.

Les infox

Les chiffres ( ) correspondent à mes commentaires dans le chapitre suivant.

La souche de coronavirus Covid-19 pourrait provenir du laboratoire Canadien de Winnipeg d’où il serait sorti par contrebande. Ce serait un virus du SRAS génétiquement manipulé pour se répandre par voie aérienne et qui se serait échappé du laboratoire P4 de Wuhan pour envahir la population avant de devenir incontrôlable !

Il est de bon ton de modérer ses propos en affirmant que cet acte n’était peut-être pas volontaire mais que cela n’est pas étonnant car des fuites de matériel contaminant auraient déjà été constatées à partir de ce laboratoire P4 (1).

Tout débute par une interprétation fallacieuse d’un article du « Lancet » qui a analysé les premiers patients atteints de la maladie, et qui a montré que le tout premier malade à présenter les symptômes a été identifié le 1er décembre 2019 et que seuls 27 patients sur les 41 étudiés avaient eu un contact avec le marché aux poissons de Wuhan. Si les auteurs de l’article de Lancet ne font aucune conclusion à ce propos car une étude épidémiologique est longue et difficile, il est facile pour les complotistes de conclure qu’un virus issu d’un laboratoire est entré dans le marché et que c’est ce marché qui aurait alors servi d’amplificateur permettant au micro-organisme d’envahir la population (2).

Pour rendre crédible ces allégations, ils affirment que le régime chinois a, non seulement l’intention, mais aussi les capacités de développer des armes biologiques « comme élément clé pour parvenir à la domination du monde par voie militaire » !!!

Pour montrer que la Chine est technologiquement prête ils citent l’exemple du Dr. He Jiankui qui a récemment fait naître des enfants génétiquement modifiés dans le plus grand secret avant d’être condamné à 3 ans de prison (3).

Bien entendu, les expériences sur les virus les plus dangereux du monde ne peuvent se faire que dans un laboratoire hypersécurisé, donc un P4, et cela tombe bien, il y en a un à …Wuhan !

Selon eux, cette hypothèse est « très crédible » car

  • Wuhan est la seule ville en Chine qui abrite un laboratoire spécialisé dans l’étude des virus ;
  • ce centre est spécialisé dans les coronavirus ;
  • ce centre aurait déjà publié des travaux sur des coronavirus manipulés en 2015 ;
  • des virus du SRAS se seraient échappés de laboratoires à Pékin (4).

Une publication ayant mis en évidence des séquences similaires entre le virus du SIDA (VIH) et le coronavirus aurait été publiée dans un journal scientifique puis rétractée (5). Rappelons que le VIH s’attaque au système immunitaire des patient pour mieux envahir l’organisme. La présence de séquences similaires chez le coronavirus montrerait qu’il a été manipulé pour lui donner le même pouvoir pathogène (…). Comme l’affaiblissement du système immunitaire n’est pas encore montré dans le cas du Covid-19, les auteurs argumentent en disant que l’arme biologique ainsi constituée ne serait peut être pas encore tout à fait au point ! (6).

Puis une jolie image : pour faire des vaccins ou des antiviraux vous avez besoin de primates. Imaginons qu’un primate infecté vous griffe vous risquez de sortir du P4 avec le virus, même après vous être douché (7) ! Vous répandez donc le virus autour de vous.

On lit aussi des propos comme « La plupart des décès sont attribués à d’autres causes, telles que la pneumonie (8) ». Les fours crématoires de Wuhan marchent jour et nuit afin d’éliminer les preuves de l’ampleur réelle de l’épidémie !!! (9)

Dans tous les textes ils restent très prudents avec des affirmations telles que : « je ne dis pas que c’est la vérité mais cette hypothèse est la plus sérieuse à ce jour… Je vous laisse vous faire votre propre opinion…On ne sait pas mais on peut l’imaginer…

Reprenons les hypothèses calmement

-1  Ce laboratoire de haute sécurité, construit avec l’aide de la France, collabore avec l’OMS et c’est pourquoi il est facile de mêler l’organisation mondiale à cette histoire et pourquoi pas la rendre complice !

Des virus se seraient échappés du laboratoire P4. Difficile à croire. Ce laboratoire a été vendu à la Chine par la France et c’est pourquoi La Direction générale de la Santé (DGS) nous indique qu’ « aucun élément ne permet d’accréditer les allégations liant la crise sanitaire en cours à l’existence à Wuhan d’un laboratoire P4. »

-2  Il est tout à fait exact que les premiers cas ne proviennent pas du marché au poissons. On ne connaît donc pas l’origine exacte de la maladie mais les scientifiques y travaillent sérieusement. Il est donc pour l’instant impossible de dire comment le premier patient a été infecté : dire qu’il provient du laboratoire P4 sur le seul fait que ce laboratoire est situé à Wuhan est un peu court. Rappelons que le virus du SRAS est apparu à dans la province chinoise de Guangdong où il n’y a pas de P4 !

-3  Il est exact que le médecin chinois Dr. He Jiankui a permis la naissance d’enfants à partir de cellules germinales génétiquement manipulés grâce au système CrisPr-Cas9 les rendre résistants au virus du SIDA. Il a été sévèrement condamné par le pouvoir chinois « pour des travaux de nature extrêmement abominable constituant une violation de la loi chinoise ! » Mais ceci n’a strictement rien à voir avec le sujet qui nous concerne.

-4 L’affirmation si elle est exacte ne concerne pas le sujet puisque les virus seraient sortis de laboratoire non classés P4 , peut être des laboratoires P3 autorisés à manipuler les coronavirus classés 3 dans les groupes de risques des agents biologiques.

-5 Un article paru dans un journal scientifique peut effectivement être « rétracté » lorsque la communauté scientifique constate qu’il n’est pas assez rigoureux, généralement par manque de données, ou une mauvaise analyse voire des données trafiquées. Pour l’avoir exercé très souvent, je peux vous assurer que le travail du « reviewer » n’est pas simple et il peut vous arriver, malgré de multiples vérifications, de laisser passer des conclusions erronées. C’est d’ailleurs pourquoi maintenant, les revues demandent aux auteurs les données brutes non analysées des travaux aux auteurs. En revanche, je n’ai jamais eu connaissance d’articles rétractés car ils ne plaisaient pas !

-6  La présence de séquences similaires entre plusieurs organismes sont connues (procaryotes comme eucaryotes) est un phénomène courant. L’interprétation est d’une très grande complexité.

-7 N’importe qui connaît un peu le fonctionnement d’un P4 sait que les équipement de protection de ceux qui y travaillent ne permettent absolument pas la griffade d’un singe. Il n’y a qu’a regarder les différentes photos de P4 sur internet pour s’en convaincre.

-8 Il est exact que le coronavirus donne une pneumopathie sévère qui peut être mortelle. Cependant, une majorité des morts avait plus de 60 ans et/ou une condition préexistante de comorbidité « diabète, insuffisance respiratoire, hypertension, cancers… » augmentant leur fragilité face à la maladie.

-9 Propos pour lesquels nous ne ferons aucun commentaire

La réaction de la communauté scientifique internationale

Vingt sept scientifiques internationaux non chinois on fait une publication sur le site en ligne de « Lancet » pour condamner les spéculations tendant à montrer que le virus n’aurait pas une origine naturelle et aurait été bio-ingénéré dans le laboratoire P4.

« Nous sommes unis pour condamner fermement les théories de conspiration suggérant que COVID-19 n’a pas d’origine naturelle », affirme la déclaration de The Lancet, qui salue le travail des professionnels de santé chinois comme « remarquable » et encourage les autres à en faire autant. Notons qu’ils ont très rapidement fourni les résultats du séquençage de l’ARN à l’ensemble de la communauté scientifique mondiale qui a pu travailler très rapidement.

Qui sont-ils ?

Il y a t-il une relation entre leur activité et les fake news qu’il répandent ?

Dr. Francis BoyleProfesseur de droit international à l’Université de l’Illinois. Il a rédigé la législation américaine d’application de la Convention sur les armes biologiques, connue sous le nom de Biological Weapons Anti-Terrorism Act en 1989. Il est aussi l’auteur d’ouvrages relatifs à la guerre biologique ;

Tom Cotton, Sénateur républicain de l’Arkansas ;

Steven Westley Mosher, spécialiste des sciences sociales américain, militant anti-avortement et auteur spécialisé dans l’anthropologie, la démographie et le contrôle de la population chinoise ;

The epoch times, magazine dont les journalistes en Chine relayent des informations de première main de l’intérieur vers l’extérieur de la Chine au sujet de violations des droits de l’homme, des infractions sur les libertés civiles, de corruption au sein du PCC, entre autres. Il est apparemment lié au mouvement Falun Gong ;

Xavier Bazin, journaliste scientifique, éditeur et écrivain, passionné de médecine naturelle et attaché au journal « Santé Corps Esprit », site officiel du Pr. Henri Joyeux ;

Dany Shoham,  Spécialiste en armes de destruction massive, ancien agent des services de renseignements israéliens ;

Paolo Liguori ancien rédacteur en chef de l’hebdomadaire catholique « il sabato » proche du mouvement « communion et libération ».

Qu’est ce qui pourrait nous faire réellement peur ?

La non transparence du pouvoir chinois ; Les prises d’antennes infinies par les chaînes d’information en continue ; Une mauvaise analyse des données scientifiques souvent très complexes…

Bibliographie

Quelques liens permettant de se faire une idée des dires de chacun

Steven Mosher

Tom Cotton

Francis Boyle

Fact-checking Tom Cotton’s claims (CNN)

Santé corps et esprits

Wikistrike

Scientists ‘strongly condemn’ rumors and conspiracy theories about origin of coronavirus outbreak

et l’article du « Lancet »

Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China

Chaolin Huang, Yeming Wang, Xingwang Li, Lili Ren, Jianping Zhao, Yi Hu, Li Zhang, Guohui Fan, Jiuyang Xu, Xiaoying Gu, Zhenshun Cheng, Ting Yu, Jiaan Xia, Yuan Wei, Wenjuan Wu, Xuelei Xie, Wen Yin, Hui Li, Min Liu, Yan Xiao, Hong Gao, Li Guo, Jungang Xie, Guangfa Wang, Rongmeng Jiang, Zhancheng Gao, Qi Jin, Jianwei Wang†, Bin Cao†

www.thelancet.com Vol 395 February 15, 2020, 497-506.

Conclusion

Pour débusquer un fake news concernant le Covid-19 il faut dans un premier temps réaliser une analyse scientifique permettant de démasquer les grossières erreurs. L’identité et les activités de l’auteur permet de confirmer la réalité de l’infox.

Dans un prochain blog, nous vous parlerons des moyens de protection simples permettant d’éviter le propagation de l’épidémie comme se tenir à plus de 1 mètre des uns les autres, se laver les mains très fréquemment, le port des masques et les tenues de protections seront aussi abordés.

2 thoughts on “Le coronavirus une arme biologique ? ou comment créer une infox (fake news)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X