La réponse médicale d’urgence à une attaque terroriste

Accueil / blog / La réponse médicale d’urgence à une attaque terroriste
La réponse médicale d’urgence à une attaque terroriste

Le terrorisme représente une menace internationale constante. Pour y faire face, il est important de bien connaître cette menace et d’avoir travaillé auparavant aux mesures à prendre, tant au niveau organisationnel pour mettre en place les secours qu’à la mise en place de programmes éducatifs pour la population afin d’éviter les phénomènes de panique échappant au contrôle des autorités.
L’article de De-wen Wang, Yao Liu et Ming-min Jiang récemment paru dans Military Medical Research (doi:10.1186/2054-9369-1-9) fait le point sur ces différents problèmes

Le terrorisme représente une menace internationale constante. Pour y faire face, il est important de bien connaître cette menace et d’avoir…

Mieux connaître les différents types de menace NRBC / CBRN

Radiations nucléaires
Les matériaux nucléaires sont facilement accessibles sur le marché international. Les terroristes peuvent utiliser des bombes d’uranium appauvri ou plus simplement des « bombes sales » contenant des substances radioactives se répandant dans l’air, l’eau ou le sol causant une pollution à court ou à (très) long terme.

Les armes chimiques
Un grand nombre de pays possèdent des armes chimiques. La production, la possession et/ou l’emploi de ces substances sont accessibles à des organisations terroristes. De leur utilisation résulteraient des blessés graves en grand nombre, des troubles sociaux importants et des mouvements de panique.

Les armes biologiques
Les techniques de biologie moléculaire ont permis de mettre au point des micro-organismes hautement pathogènes, stables, peu onéreux et difficiles à détecter. Il n’est pas impossible que des individus malfaisants puissent se les procurer.

En résumé, les menaces sont de plus en plus diverses, imprévisibles dans le temps et l’espace, provoquant des dégâts de grande ampleur, y compris au niveau social.

Comment s’y préparer ?

Travailler sur les soins médicaux d’urgence pendant une attaque terroriste
Il sont totalement différents de ceux prodigués sur un champ de bataille classique ou lors de désastres naturels ou autres sortes d’accidents.

Travailler sur les équipements
– médicaux à utiliser pendant l’attaque nucléaire, chimique ou biologique ;
– de détection, de contrôle de sécurité, de prévention, de diagnostic (utilisation d’équipement de protection individuels (tenues, masques…) ;
– de traitement des grands brûlés et de leur évacuation.

Eduquer les personnels d’aide médicale d’urgence
– travailler la prévention des problèmes psychologiques ;
– former la population aux gestes de soins d’urgence pour eux-mêmes ou pour l’aide aux victimes ;
– former la population à être attentive et à se préparer à la survenue d’une attaque terroriste.

Optimiser et standardiser les réponses médicales d’urgence en multipliant les exercices.

Les attaques terroristes ont généralement lieu dans les milieux très fréquentés afin de produire le plus grand nombre de victimes possibles. L’aide médicale d’urgence doit donc prendre en compte la prévention des épidémies et le traitement des effets psychologiques en plus des soins médicaux aux blessés.

Les attaques sont soudaines et imprévisibles et il est donc indispensable que les professionnels de secours soient correctement entraînés dans les conditions les plus proches de la réalité : tenues de protection, simulants…

Prévention des problèmes psychologiques

Cette prévention doit faire partie intégrante de la préparation aux mesures anti-terroristes. La population doit savoir que ce type de situation engendre du stress et que si des mesures de protection ne sont pas prises il peut y avoir des conséquences plus graves comme la survenue de phobies, d’anxiété, de dépression ou d’autres problèmes post-traumatiques. Les chercheurs doivent mieux analyser les impacts psychologiques en fonction de l’âge, du sexe, de l’éducation, du métier afin de mieux identifier les populations à risque.

En résumé, ce papier met en évidence la nécessité de réaliser des exercices réguliers afin d’établir les meilleures connexions entre les différentes autorités concourant aux soins d’urgence et insiste sur la prévention des conséquences psychologiques lesquelles, au moment même de l’attaque provoqueraient une désorganisation importante des soins et après l’attaque une désorganisation sociale source de conflits.

On trouvera l’article sur le lien suivant :
http://www.mmrjournal.org/content/1/1/9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *