"Ils nous protègent, nous les protégeons."

Un cas très rare d’homicide volontaire au poison biologique

L’empoisonnement à la colchicine n’est pas rare au Sri Lanka puisqu’une étude menée dans un hôpital du pays a montré que sur 4556 cas d’empoisonnement, 2,5 % étaient dus à des plantes et des champignons dont 44 % avaient pour origine Gloriosa superba. En revanche c’est la première fois qu’un cas d’empoisonnement volontaire est décrit.

Gloriosa superba est une plante exotique contenant de la colchicine. Elle est aussi appelée, Glorieuse, Lis glorieux, Glorieuse de Malabar ou Lis de Malabar... Ses graines ont été utilisées dans une tentative d’homicide volontaire sur un Sri Lankais. Hospitalisé d’urgence, le diagnostic a été correctement établi et le patient s’en est sorti après 15 jours d’hospitalisation.

Chaminda J. Kande Vidanalage et al. nous rapportent un cas volontaire d’empoisonnement à la colchicine dans BMC Pharmacology and Toxicology.

La plante vénéneuse : Gloriosa superba

C’ est une plante exotique grimpante. Utilisée dans certaines médecines traditionnelles elle est aussi cultivée en Afrique et en Inde pour l’extraction de la colchicine. Toute la plante contient l’alcaloïde toxique mais tout particulièrement la graine qui sert de matière première à l’extraction qui s’effectue par ébullition dans l’eau.

Le cas clinique

Un jeune homme de 27 ans est hospitalisé d’urgence pour des douleurs épigastriques aigues et des vomissements. Il présente rapidement une détresse respiratoire , une thrombocytopénie légère et des problèmes rénaux. Le diagnostic définitif a été porté une dizaine de jours après son admission lorsqu’il a développé une alopécie généralisée caractéristique d’un empoisonnement à la colchicine. En soins intensifs, les symptômes ont régressé et il est sorti de l’hôpital après 15 jours.

L’enquête !

Il n’a pas été très difficile de trouver le coupable...
Le jeune homme travaille dans une entreprise qui cultive Gloriosa superba pour l’exportation des graines. Il a, bien imprudemment, ramené quelques graines à la maison. Pour traiter un rhume banal, il demande à sa belle-sœur de lui préparer une infusion de coriandre très utilisée dans la région pour guérir ce type de symptômes. C’est 2 heures après la consommation de ce breuvage qu’il est admis à l’hôpital. La dite belle-sœur a disparu et n’est pas présente au moment de son hospitalisation !
L’épouse du patient boit une très petite quantité de tisane à la coriandre et présente des symptômes nauséeux et des vomissements !!! Le liquide douteux est alors examiné et on retrouve un mélange de graines de coriandre et de Gloriosa superba dont les morphologies sont très proches. L’ébullition a extrait la colchicine qui a donc empoisonné le beau-frère...

On pourra télécharger cet article sur ce lien.

Information

21-24
NOV. 2017
PARIS-NORD VILLEPINTE

Contact

Réseaux sociaux