"Ils nous protègent, nous les protégeons."

Le développement des gaz neurotoxiques dans l’Allemagne du IIIe Reich et les risques NRBCE

Les agents neurotoxiques ont été utilisés par les armées aussi bien que par les terroristes. On les retrouve sur les champs de bataille pendant la guerre Iran-Irak, dans l’attaque du métro de Tokyo en 1995 et plus récemment en Syrie. Ce que l’on sait moins c’est que ces agents ont été inventés par les scientifiques du IIIème Reich.
Un article récemment paru nous montre comment ces agents neurotoxiques ont été mis au point , pourquoi Adolf Hitler ne les a pas utilisés et comment la prolifération de ces armes a été la conséquence des rivalités entre les vainqueurs de la seconde guerre mondiale pendant la guerre froide.

Les chimistes du IIIème Reich ont mis au point des armes chimiques dévastatrices mais ne les ont pas utilisées contre les alliés pendant la seconde guerre mondiale.

L’image représente "Berlin’s Spandau Citadel today. Tabun and sarin were militarized here in the Third Reich"

Gerhard Schrader

Chimiste travaillant au sein de l’IG Farben chemical conglomerate, avait pour mission de développer de nouveaux insecticides afin d’améliorer les rendements de la production agricole et permettre ainsi à l’Allemagne d’être moins dépendante des importations de nourriture. En combinant du phosphore et du cyanure il mit au point un composé tellement toxique qu’une quantité infime l’envoya à l’hôpital pendant plusieurs semaines. Le 23 décembre 1936 sa préparation 9/91 était capable en solution très diluée de tuer tous les insectes tout en causant des dommages physiologiques comme des vomissements, des problèmes respiratoires, une dilatation des pupilles, de la diarrhée et la mort des mammifères.
Ses employeurs ont considéré que la molécule ne convenait pas en tant qu’insecticide car elle ne tuait pas sélectivement les insectes. Néanmoins, IG Farben fit connaitre ce produit aux autorités miliaires.

Le tabun
Quand les scientifiques allemands qui travaillaient sur les armes chimiques ont pris connaissance du produit 9/91 ils ont été tellement impressionnés par sa toxicité qu’ils lui ont donné le nom de "Tabun" de l’allemand Taboo signifiant "Tabou". Alors que les produits comme le gaz moutarde ou le phosgène ne tuaient les victimes qu’en quelques heures, ce nouveau produit ne mettait que 20 minutes pour être mortel.

Le produit a été très rapidement militarisé en le conditionnant dans des projectiles. Des voies de synthèse ont été explorées, des antidotes ont été mis au point. Schrader synthétisa en 1939 un autre produit dont le nom SARIN est l’acronyme des chercheurs ayant travaillé sur la molécule : Schrader, Otto Ambros, Gerhard Ritter et Hans-Jurgen von der Linde.

Militarisation et stockage
Une usine pilote a été construite. Elle produisit 400 kg. Cet agent peu volatile a été militarisé dans des bombes dont la détonation faible permettait la dispersion du gaz sous forme de brouillard.
En 1943 une autre usine produisait 350 tonnes de tabun par mois. A la fin de la guerre elle en avait produit et militarisé 12 000 tonnes. Ce sont des détenus qui travaillaient dans cette usine et beaucoup moururent de sous l’effet du toxique, de différentes maladies et de malnutrition. Ils étaient décrits comme des "cadavres ambulants".
Vers le milieu de la guerre, il était de plus en plus évident que le sarin, plus volatile et plus toxique que le tabun devait être développé aux dépens de ce dernier.

Richard Kuhn
Prix Nobel de Chimie pour ses travaux sur la structure et la fonction de la vitamine B et des carotènes il a été recruté par l’armée allemande pour développer les gaz neurotoxiques. C’était aussi un Nazi convaincu. C’est lui qui décrivit le mécanisme d’action sur l’acétylcholinestérase et qui synthétisa le Soman.

Le refus d’Hitler
Un certain nombre de responsables allemands pensaient dès 1939 qu’il était possible de mettre la pression sur l’ennemi en utilisant de tels gaz contre une ville comme Londres en provoquant une grande désorganisation des structures. Hitler s’y est toujours refusé, y compris après sa défaite spectaculaire à Stalingrad pendant l’hiver 42-43. Beaucoup pensent que ce fut un véritable tournant dans la guerre.

Beaucoup d’historiens pensent que Hitler qui avait lui-même été victime du gaz moutarde pendant la première guerre trouvait ce procédé contraire à l’éthique ! Ceci qui paraît difficile à croire quand on sait que les gaz ont été utilisés dans les chambres à gaz ! En revanche, on sait qu’Hitler craignait que les alliés possèdent aussi cette arme tout en ne sachant pas quel type et en quelle quantité.

Cet article relate aussi comment les Britanniques avaient été prévenus de l’existence du tabun par un prisonnier ayant travaillé à la mise au point de ce gaz. Information tellement étonnante que les officiers du renseignement n’ont même pas lu le rapport de 10 pages écrit au cours de l’interrogatoire. On y lit aussi comment le commandant en second d’Hitler, Albert Speer aurait tenté de l’assassiner en voulant répandre du tabun dans son bunker.

L’autodestruction
Au début de l’année 1945, l’année allemande a voulu cacher les munitions chargées de tabun et de sarin. Il leur a été très difficile de les transporter vers des lieux plus sûrs à cause des voies ferrées détruites. Un pilote américain a même lâché une bombe sans savoir que les wagons détruits contenaient des munitions remplies de tabun. Il y eut 4 morts parmi la population civile. Finalement, les munitions furent transportées par barge le long du Danube et de l’Elbe.
Ce sont les soldats de l’armée rouge qui ont découvert les usines de production de tabun et sarin à Dynerfurth : ils les ont démonté pour les reinstaller à Stalingrad.

L’après-guerre
Avec la découverte de ces nouvelles armes par les alliés c’est une véritable chasse aux scientifiques responsables de leur développement qui s’est engagée. Schrader lui-même a été arrêté et il a immédiatement livré tous les secrets de fabrication des agents neurotoxiques. Lorsque les services secrets américains et britanniques s’aperçurent que les soviétiques avaient rapatrié chez eux l’usine de Dynerfurth il n’y eut plus aucun doute : la course aux armes chimiques était bien engagée !

L’opération "Paperclip"
Harry Truman ne voulait pas que les scientifiques allemands soient recrutés par l’ Amérique s’ils appartenaient au parti Nazi. C’est pourquoi, les recruteurs de l’armée américaine ont falsifié un certain nombre de fichiers de ces savants afin qu’ils puissent apporter leur expérience en venant travailler aux USA. C’est ainsi que des dizaines de chimistes ont travaillé pour les Etats-Unis (et la Grande Bretagne avec un programme équivalent appelé "Matchbox") pour développer et militariser les agents neurotoxiques.
On notera que parmi ces chercheurs il y eut Wernher von Braun, responsable de la recherche allemande sur les missiles et qui, embauché par la NASA, il devint l’une des pièces maitresses dans le programme de développement spatial qui a mené l’homme sur la lune.

On trouvera cet article en suivant ce lien

Actuellement
Les armes chimiques sont bien évidemment toujours d’actualité. Dans le domaine militaire bien sûr, les utilisations répétées par la Syrie et Daech en sont la meilleure preuve. Ces produits ont aussi été utilisés dans le cadre du terrorisme (Tokyo 1995).
C’est dans ce contexte qu’Ouvry a développé des tenues de combat NRBC possédant un média filtrant à base de microbilles de carboné activé protégeant contre les agents chimique sous forme liquide, vapeur et aérosol pendant 24 heures suivant les recommandations OTAN. Pour le domaine civil (primo-intervenant) une tenue filtrante plus légère appelée polycombi protège le personnel pendant 12 heures.
DEC’POL, est un nouveau gant de décontamination d’urgence : il permet un transfert rapide des produits chimiques d’une surface à l’intérieur de la structure sans réarosolisation. Ces agents sont ensuite détruits.

Information

21-24
NOV. 2017
PARIS-NORD VILLEPINTE

Contact

Réseaux sociaux